DE LA DISCRETION

Publié le par JB

Cette semaine, je n’ai pas eu le temps de me poser pour écrire : j’ai été occupé à être malade, à chasser un visa qui se refuse toujours à moi, à remanier mon C.V. dans l’optique d’un entretien de première importance, à profiter du lundi férié avec de ma dulcinée… bref, je n’ai pas chaumé et je suis désolé si je me fais rare.

La période comprise entre mi-avril et mi-mai est parsemée de jours fériés, on se croirait presque en France ! Des semaines de quatre jours se succèdent les unes aux autres et inspirent un fort sentiment de paresse à la population hongkongaise, j’en ai un bel exemple à la maison... Dès lors qu’il faut reprendre le boulot, les pieds trainent, l’entrain piétine, c’est la croix et la bannière et on se met en route en retard, on passe sa journée au téléphone à préparer le prochain week-end de trois jours et on rentre exténué de n’avoir rien fait, effrayé à la perspective du travail qui prend du retard et qui nécessitera quelques heures sup un de ces soirs, alors qu’on a la tête ailleurs… c’est le printemps, il fait déjà chaud et humide ; l’ardeur au travail s’est effrité avec la hausse des températures. Partout l’air conditionné crache son air vicié à celui qui veut choper la mort, chaud/froid, chaud/froid, attrape un bon rhume en faisant tes courses dans le mall-igloo ; il fait 30°C dehors et on laisse 5€ de caution pour le prêt d’une couverture quand on va au cinéma. Hong-Kong style.

Lundi, on est allé déjeuner en famille dans un restaurant à l’américaine, burgers hors de prix - fraicheur non garantie. On en a eu pour nos frais, surtout les toilettes. J’ai mangé comme dix et j’ai tout rendu le lendemain, intoxication alimentaire ou simple stupidité de ma part, je n’ai pas encore tranché. Sans doute un peu des deux. Il est bien connu que le citron est un préservatif puissant, on l’utilise volontiers pour empêcher l’oxydation des avocats lors de la préparation du guacamole (quelle horreur cette mixture devenue marron !) ; moi, j’ai eu la bonne idée d’ingurgiter un litre de thé vert au citron fraichement préparé, avec ses deux fruits spécialement pressés à ma demande, parce-que-j’aime-quand-c’est-amer, sans sucre s’il-vous-plait . le résultat sur un estomac plein à craquer est dévastateur : le citron annihile l’action des sucs digestifs, votre repas vous reste littéralement sur l’estomac. Cela m’était déjà arrivé une fois à Taipei, alors que je raffolais du lemon lu cha – j’en avais abusé un soir de fortes chaleurs et j’avais rendu mon dîner le lendemain matin, le corps faible et pris d’une nausée tenace. Depuis cette malencontreuse aventure, j’avais fortement ralenti le thé au citron, n’optant plus pour ce savant mélange qu’à de très rares occasions. Lundi soir, j’ai fait l’erreur d’en boire une quantité malsaine après un déjeuner dantesque – bien m’en a pris ! Rebelote, j’ai tout rendu. J’ai passé la nuit à suer, mon corps luttant pour accomplir la tache impossible, et au petit matin, il a cédé. J’ai passé la journée tel un fantôme. Vidé. Ectoplasmique. Sans énergie. J’avais des bouffées de chaleur et mes jambes refusaient de me porter ; j’ai dû annuler des leçons. J’avais les symptômes mêmes de la gueule de bois et pourtant je n’avais pas bu une goutte d’alcool ! Qui l’eut cru qu’un thé vert pouvait vous mettre dans un tel état ? N’est-ce pas ridicule ? Je ris encore de ma disgrâce, d’autant plus que j’affabule sans doute en accusant une pauvre mixture à base de thé des maux qui m’ont gardé d’écrire de la semaine ; j’avais besoin d’un coupable et je vous en ai sorti un sur un plateau. Le thé vert m’a servi de diversion et vous m’avez suivi jusque là ; j’ai profité de votre naïveté. Une part en moi croit à cette histoire ; une autre me conseille d’aller faire un test, il est possible que je fasse du diabète. Quoiqu’il en soit, j’aurais livré mon article de la semaine : les causes de mon vomissement peuvent bien me rester obscures, je n’en ai cure ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Beltrami 08/05/2011 12:24


T'en fais pas dans un mois tu vas retrouver la gastronomie française ! Y a que ça de vrai!